L’interlocuteur du témoignage

« Le jour où […] les survivants à bout de force émergèrent pour finir des forêts, des camps et des cachettes ils éprouvèrent un vrai besoin de raconter leur histoire. Mais lorsqu’ils se laissèrent aller à parler et à narrer des choses si inouïes qu’elles dépassaient l’entendement, il arrivait que leur interlocuteur eût un geste de doute, un mot d’étonnement. Le plus souvent, cette attitude n’existait que dans l’imagination du narrateur ; mais pour beaucoup de ces gens blessés dans l’âme et sensibles à la moindre nuance, cela suffisait à leur faire chercher un refuge dans le silence. Ils enterraient au fond de leur cœur tout ce qu’ils savaient et décidaient de ne plus jamais en parler[1]. » Lire la suite