A propos du colloque « Expressions du collectif », 5-6 juin 2015

Voir le programme

L’analyse des strates énonciatives et des phénomènes de co-narration, implicites ou explicites, présents dans les témoignages qui émergent après la Seconde Guerre mondiale au sein des milieux issus du judaïsme d’Europe orientale implique une double approche du fait narratif. Il s’agit certes de repérer des processus inhérents à l’acte de témoigner, et donc de penser le rapport entre les énoncés individuel et collectif, entre le récit personnel et sa fonction sociologique, à la lumière de ce qui motive ce type de prise de parole, mais, quelle que soit la récurrence de ces questions, il importe également de ne pas négliger leur dimension culturaliste et anthropologique. Les modes de témoigner ne naissent pas seulement de l’événement, encore moins d’un canon universel ; ils s’inscrivent dans un cadre discursif et des modèles socio-narratifs qui déterminent historiquement la manière dont la société à laquelle ils s’adressent distribue la parole et l’autorité énonciative. Lire la suite