Commissions historiques et collecte de témoignages

La fin de la Seconde Guerre mondiale voit fleurir un peu partout en Europe des commissions historiques destinées à produire de la documentation et à mener des recherches sur le génocide. Comme le note Laura Jockusch, il s’agit d’entreprises qui s’inscrivent à la fois dans une « littérature de la destruction » dont la tradition remonte aux Lamentations de Jérémie[1] et dans la lignée de l’historiographie du traumatisme telle que l’inaugure le groupe d’Odessa en 1903, face au pogrom de Kichinev[2]. Dès les premières décennies du XXe siècle, face à l’urgence provoquée par l’irruption de la Grande Guerre, face aux pogroms qui accompagnent la lutte pour l’indépendance de l’Ukraine, des initiatives collectives émergent qui s’efforcent de rassembler des témoignages. Et lorsque, après 1939, les persécutions nazies ravagent les communautés juives d’Europe orientale, ces modèles trouvent un écho immédiat dans l’écriture individuelle aussi bien que dans la création d’archives secrètes qui apparaissent au sein de différents ghettos (Bialystok, Kovno, Lodz, Vilna), et dont l’exemple varsovien demeure la manifestation la plus conséquente[3]. C’est dans la continuation de ces entreprises clandestines que naissent, immédiatement après la libération, des institutions organisées spécifiquement dédiées à la collecte de documents et de témoignages. Lire la suite