Aux sources de l’historiographie juive d’Europe orientale, une démarche participative

Dans le monde juif d’Europe orientale, le travail historiographique au sens contemporain du terme est une préoccupation qui apparaît tardivement et qui est profondément liée à l’émergence de la modernité. C’est en effet au XIXe siècle, au moment où, sous l’influence de la Haskala et d’un processus de sécularisation croissant, les milieux intellectuels commencent à s’ouvrir aux sciences profanes, qu’apparaît une volonté de plus en plus systématisée d’enregistrer l’histoire en tant que série d’événements singuliers et d’interroger de manière critique le sens de ces événements. Lire la suite

Témoignages indirects et témoignages à plusieurs voix

Depuis la fin des années soixante-dix, le témoignage est devenu un objet central de la recherche aussi bien que des pratiques des sociétés occidentales contemporaines. C’est à cette époque que, sous l’influence de théories du discours qui, parce qu’elles insistent sur les effets de médiation propres à tout acte de langage, remettent en cause la prétention de l’histoire à la scientificité, sous l’impulsion des méthodes mises en place par la recherche en sociologie, en ethnographie ou en psychologie, les historiens commencent à accorder une importance croissante aux archives orales et à la source testimoniale en tant qu’objets de connaissance. Le sujet, doté de ses représentations et de son énonciation propres, se trouve réhabilité en même temps que le récit : on attend désormais de lui qu’il raconte sa propre histoire et que cette histoire, de manière métonymique, devienne signifiante pour l’ensemble de la collectivité. Lire la suite