À propos

Ce carnet accompagne un projet de recherche mené à l’INALCO, dans le cadre du CERMOM (Centre d’Études et de Recherches Moyen-Orient Méditerranée) et portant sur la question des témoignages indirects ou à plusieurs voix publiés en yiddish dans le sillage de la Seconde Guerre mondiale. Il s’agit d’analyser, d’un point de vue à la fois littéraire, culturel, énonciatif et socio-historique, le cas de ces témoignages qui, parce qu’ils sont écrits et publiés par une personne distincte du témoin oculaire – c’est-à-dire de celle qui a originellement vécu les événements et raconté son histoire –, impliquent l’intervention de plusieurs voix et de plusieurs niveaux d’énonciation. Conçues comme les différentes étapes d’un carnet de route, les publications suivent le mouvement d’une pensée et d’une recherche en cours, proposant à la fois des comptes rendus d’ouvrages et des articles de réflexion sur un aspect particulier du sujet.

L’idée de ce projet est née d’un premier travail au sein de l’ANR « Dos poylishe yidntum (1946-1966) : histoire et mémoire d’un monde disparu au lendemain de la catastrophe » (http://poly.hypotheses.org/) coordonné par Judith Lindenberg et supervisé par Judith Lyon-Caen (EHESS).

Par ailleurs, le projet a également été inspiré par le séminaire de doctorants de l’université Paris 3 « Je est un autre : nous » (http://dujeaunous.hypotheses.org/), consacré aux énonciations plurielles et organisé en 2013-2014 par Zoé Carle, Guido Furci et Cyril Verlingue.

Il a été rendu possible par le soutien de la Memorial Foundation for Jewish Culture.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *