Appel à contribution : « Expressions du collectif »

Expressions du collectif : les formes de dialogue dans les écritures juives d’Europe centrale et orientale

Colloque co-organisé par le Centre d’Études et de Recherches Moyen-Orient Méditerranée (INALCO) et le Centre d’Études et de Recherches Comparatistes (Université Paris 3)

5-6 juin 2015

 

Qu’est-ce que le collectif ? De quelle manière s’énonce-t-il textuellement ? Comment l’écriture peut-elle devenir le lieu d’un dialogue entre une (ou des) voix collective(s) et un énoncé individuel ? Il existe une interdépendance étroite entre écriture singulière et prise en charge d’un autre — d’une communauté, d’un groupe — dans les textes écrits par des auteurs héritiers de la culture d’Europe centrale et orientale, pris dans une dynamique de double bind : dire l’expérience unique de l’auteur et dessiner le destin d’une collectivité. Ces textes ne peuvent être considérés comme totalités closes, mais sont fondamentalement traversés par l’altérité.

Si la parole est la manifestation du collectif, si elle s’inscrit dans un cadre dialogique, au sens qu’en donne Bakhtine, on peut alors se demander quelle est la nature de la collectivité qu’elle exprime au sein même de la langue. C’est d’abord parce que les textes s’inscrivent dans des situations translinguistiques, de déplacements et de décalage à l’intérieur de la langue d’écriture, que s’ouvrent ces possibilités d’interaction et de dialogue entre la voix collective et la parole individuelle : la question se pose dès lors de savoir comment les sociétés juives modernes d’Europe centrale et orientale et leurs descendants immédiats parviennent, malgré le plurilinguisme, à se reconnaître en tant que groupe. Au sein de ces sociétés qui, historiquement, sont majoritairement yiddishophones, mais toujours traversées d’influences et de strates linguistiques multiples – celle de l’hébreu et de l’araméen, issue des livres sacrés, et celle des langues environnantes –, le passage à la modernité qui s’est opéré à partir du XIXe siècle a provoqué un certain nombre de dissensions et de prises de position idéologiques qui se sont souvent cristallisées autour de la question linguistique.

Le champ du collectif, le réseau discursif dans lequel se tisse tout nouvel énoncé, peut alors s’incarner dans des langues multiples, mais peut-être y a-t-il lieu de se demander si, au-delà de cette fragmentation de l’unité de la culture et de la pensée, au-delà même de l’expérience de la migration qui, au début du XXe siècle, confronte massivement les Juifs d’Europe centrale et orientale à de nouveaux environnements linguistiques, subsiste un dialogue entre ces nouvelles prises de parole et les langages de la tradition. La culture juive d’Europe orientale est travaillée par la pratique de la citation et de la glose. En outre, la renaissance de l’hébreu au moment des premières prises de position en faveur du sionisme, ainsi que l’évolution de la langue tout au long du XXe siècle, pose nécessairement la question de la manière dont les créations en hébreu moderne, d’Agnon à David Grossman, en passant par Avoth Yeshurun, dialoguent avec l’hébreu et l’araméen de la tradition sacrée, avec la littérature maskilique et hébraïque, ainsi qu’avec le yiddish. Quel est ce collectif par rapport auquel l’énoncé se situe et de quelle manière ce dialogisme, évident dans les énoncés d’une même langue, peut-il aussi se transférer d’une langue à l’autre ? Comment se manifeste-t-il sur le plan transgénérationnel, chez des écrivains qui, héritiers du monde juif d’Europe centrale et orientale, ne l’ont parfois pas connu directement ? Comment le passage à l’hébreu moderne et, au-delà, l’évolution de la langue hébraïque, se font-ils réceptacles de cette polyphonie ?

Enfin, ce sont parfois les œuvres mêmes qui mettent en abyme le dialogisme propre à l’énonciation dans les textes juifs. Le « nous » s’illustre dans les textes par des jeux narratifs qui, en multipliant les points de vue dans les textes mettent en œuvre, dans les dialogues ou l’intrication des instances narratives, l’expression du collectif propre à la culture juive d’Europe centrale et orientale — dire l’autre, dire la communauté vivante ou passée, mais aussi dire les morts engloutis dans les catastrophes historiques — : on s’interessera aussi bien aux classiques (les récits partagés chez Mendele Moykher-Sforim, le dialogue avec la tradition hassidique chez Peretz) qu’aux écritures modernistes (Kulbak, Der Nister, Bergelson, entre autres). Quels sont les ressorts narratifs à la mise en scène d’un dialogisme dans l’œuvre ? Comment les jeux polyphoniques dans les textes prennent-ils en charge un collectif ? Comment se dessine l’intrication du « je » et du « nous » dans les œuvres ? Selon quelles modalités se construisent les jeux polyphoniques — canons, renversements, contrepoints, harmonies et disharmonies, jeux de rythmes narratifs — et que renseignent-ils sur l’énonciation singulière du collectif dans l’œuvre ?

Seront prises en considération toutes les propositions s’interrogeant sur :

  • Polyphonie et linguistique : l’approche linguistique de la notion de polyphonie et son application aux langues juives d’Europe centrale et orientale.
  •  Polyphonie et traduction : la manière dont la polyphonie peut fonctionner dans le passage d’une langue à une autre.
  • Polyphonie et palimpseste : la pratique de la citation, en diachronie ou en synchronie, dans le registre des textes sacrés aussi bien que du point de vue de l’intertextualité littéraire.
  • Polyphonie et modernité littéraire : la manière dont cette énonciation du collectif opère dans les œuvres littéraires modernes et dont, à différentes époque, l’écriture intègre ou rejette cette désindividuation de l’énoncé.
  • Polyphonie et pratiques historiographiques et testimoniales : l’influence de la tradition sur les pratiques historiographiques modernes, notamment sur la collecte, la transcription et l’usage des sources testimoniales.
  • Polyphonie et narrativités : les stratégies narratives mettant en scène, au sein même de l’œuvre, la prise en charge du collectif par le texte singulier ; la manière dont la dissidence se traduit en termes énonciatifs et textuels (satire, ironie, parodie, etc.)
  • Polyphonie et folklore : la manière dont les textes se réapproprient, soit sur le mode savant, soit sur le mode littéraire, des énoncés propres à la culture populaire (contes, légendes, chansons, proverbes, etc.)
  • Polyphonie et « inconscient » : les voix « inconscientes » en tant que discours sous-jacents, qui circulent sous la langue et les textes et les travaillent.

Il s’agit là de pistes indicatives. Tous les travaux centrés sur des productions écrites issues de la modernité juive d’Europe centrale et orientale et envisageant le texte écrit comme lieu d’expression du collectif seront l’objet de la plus grande attention.

Les propositions (500 à 800 mots) sont à adresser avant le 19 janvier 2015 à Fleur Kuhn-Kennedy (fleurkuhn@gmail.com) ou Cécile Rousselet (cecile.rousselet@me.com).

 


Une réflexion au sujet de « Appel à contribution : « Expressions du collectif » »

  1. Ping : Histoire des Juifs après 1945

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *